« Répéter 2021 avec l’explosivité en plus »

Rémy Mertz se lance en 2022 dans sa 2e saison chez Bingoal Pauwels Sauces WB. Le coureur arlonais entend calquer son programme sur celui de 2021 qu’il avait commencé dans le sud de la France et qui s’était conclu à Binche-Chimay-Binche. Rémy avait signé son meilleur résultat de 2021 en se classant 3e de la Classica da Arrabida au Portugal. Il s’était également classé 7e du Tour de Valence, 8e du Tour du Doubs, 4e d’étape (3e) au Tour de Slovénie. Débarrassé de ses problèmes au genou de l’hiver dernier, il entend lancer sa saison 2022 sur les meilleures bases possibles et faire preuve de régularité pendant toute la campagne. Il évoque des ambitions dans les courses par étapes et sa volonté de disputer les Flandriennes.

“Je pense pouvoir tirer un bilan positif de 2021, même si la victoire m’a manqué, comme chez beaucoup de coureurs, d’ailleurs. Mon hiver 2021 avait été marqué par des problèmes au genou mais j’avais réussi à remonter la pente assez vite pour déjà me positionner en bon ordre au Tour de Valence (7e). Je n’ai pas connu de problème physique cet hiver et tout se passe bien au niveau de la préparation. J’espère bien monter en puissance pour me lancer dans la compétition avec le maximum d’atouts en main. Un de ces atouts est l’explosivité: j’ai ainsi demandé à notre entraîneur Christophe Prémont davantage de travail spécifique pour redévelopper cette explosivité que j’ai un peu perdue ces dernières saisons. C’est un élément important pour se battre dans un sprint en petit groupe. Je devrais en principe lancer ma saison dans le programme français, notamment avec l’Etoile de Bessèges et le Haut-Var, dont les étapes assez dures me conviennent bien. J’ai vécu de bons moments en 2021, des moments que je veux revivre. Et, avec une meilleure préparation pour les sprints en petits comités, je pense que j’ai ma chance.”

Régularité. “Je sais que la chasse aux points UCI est toujours de mise et le niveau des courses n’en est que plus élevé. D’où l’importance d’arriver très vite à 100 % de ses capacités. C’est mon objectif premier en 2022. Je sais que chaque course compte pour tout le monde, tout au long de la saison. La régularité est aussi essentielle.”

Flandriennes.J’ai souvent disputé les classiques ardennaises mais j’ai remarqué ces dernières années que je suis capable de m’illustrer dans des semi-classiques flandriennes. Ces courses pourraient être un objectif cette saison. Elles se jouent davantage au placement, contrairement aux ardennaises qui se jouent souvent à un moment-clé, avec les plus costauds.”